Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas


14 e dimanche C - 7 juillet 2019 - 72 disciples !

Is 66, 10-14c ; Ga 6, 14-18 ; Lc 10, 1-12. 17-20 

Un chiffre symbolique
Jésus envoie 72 disciples sur le chemin pour être témoins de leur foi : ce chiffre symbolise le grand nombre de ceux qui dès le début ont désiré suivre Jésus et devenir ses témoins : on ne peut pas découvrir Jésus et la nouveauté de l’Evangile sans accueillir et laisser s‘éveiller aussitôt le désir ou la grâce de partager cette Bonne Nouvelle. Jésus a encouragé et accompagné ce désir missionnaire, même si ces 72 disciples étaient encore très peu formés mais allaient partir un peu en éclaireurs devant Lui. Aujourd’hui encore le Christ nous fait confiance à tous et nous invite à être ses témoins : si nous Lui sommes attachés, nous saurons souvent trouver les vrais mots pour ouvrir les cœurs. Et c’est souvent le fait de parler à d’autres de notre foi nous permet de l’approfondir nous-mêmes. Ainsi, durant cet été, quelles paroles oserons-nous dire sur notre foi, en famille, ou dans notre entourage, là où nous allons peut-être séjourner ? Ce sera un témoignage discret le plus souvent, car il émanera déjà de notre « paix », ainsi que d’écoute des convictions et des questions de ceux que nous pourrons rencontrer ; Telle et l’attitude que nous recommande Jésus.
Il serait dommage d’être seulement des témoins silencieux et gênés, quand la conversation tournera sur l'Eglise et les chrétiens ; ou face aux questions de nos proches, de nos petits enfants ou neveux ? Souvent nous nous taisons par peur des critiques, mais ceux qui sur le moment nous critiquent, peuvent un jour nous reprocher notre silence : en effet les critiques sont souvent des questions qui manifestent une soif de réponse. Souvent, si nous ne savons pas parler de notre foi, c'est parce que du sable s'est accumulé, couvrant la Source qui est au fond de nous. Un Pèlerinage comme celui-ci est en tout cas un beau témoignage car il dit quelque-chose de notre foi.
L’important en tout cas est de ne pas nous sentir propriétaires de notre foi ou de notre mission : nous ne sommes que des serviteurs de l’Esprit : Lui seul frappe à la porte des cœurs et respecte la liberté de chacun et lez rythme de soin chemin. Nous préparons seulement la venue du Seigneur là où il veut aller.

Deux par deux
Dans l’Evangile, nous voyons que Jésus a envoyé ses disciples deux par deux : ainsi ont fait les premiers chrétiens, à l'imitation de Paul et Barnabé. Ainsi a fait st François d'Assise, qui partait toujours avec un ou plusieurs compagnons. Témoigner ensemble de l'évangile c'est montrer que le Christ ressuscité est à l'œuvre en nous. " Là où plusieurs sont réunis ou agissent en mon nom, je suis au milieu d'eux" disait Jésus. Nous montrons alors les signes visibles de la présence et de la force de Celui qui est venu nous rassembler. Certes, travailler en équipe, peut être source de conflits, même dans l'apostolat. Les apôtres et les premières communautés chrétiennes ont connu parfois de graves tensions ! Mais le travail fait ensemble, leur façon de se pardonner et leur regard bienveillant sur tous ont attiré les foules, en quête de vérité et d’amour. "Qu'ils soient un afin que le monde croie" avait dit Jésus. "Voyez comme ils s'aiment  », voyez comme ils savent travailler ensemble se disaient entre eux les païens en regardant vivre les premiers chrétiens.

Une mission de guérison dans la confiance
L'évangile nous dit aussi que si nous annonçons vraiment le message du Seigneur nous guérirons beaucoup de gens de leurs souffrances et nous verrons la déroute de bien des esprits mauvais : cette constatation a rempli de joie les premiers disciples. il y a bien des manières de guérir les malades : Il y a celle du médecin, bien utile !   Mais Jésus donne une clef toute différente aux siens : « Guérissez les malades…et dites-leur :   le Règne de Dieu est proche de vous ». Oui, le Royaume de Dieu est tout proche, il est à l’intérieur de ceux qui souffrent.   Ils sont tout près de ce Royaume !  Souvent, c e ne sont pas les raisonnements qui nous aident face à la maladie et au mal,   mais l’amitié d’un Dieu qui a su souffrir.
Devant l’immense détresse spirituelle des hommes,   devant la pénurie d’ouvriers,  
le cri du Seigneur Jésus  a retenti : Demandez au Maître de la moisson,   au Père,   d’envoyer des ouvriers à sa : «  moisson…  Nous oublions trop que c’est le Père qui, à notre prière, envoie les ouvriers à la moisson et leur donne la force nécessaire pour combattre le mal ! « Allez, voici que Je vous envoie   comme des agneaux au milieu des loups. Pour cela :   Ne portez ni bourse ni besace, ni chaussures, et ne saluez personne sur le chemin. »

Orientation La seule force et richesse à emporter dans nos bagages est donc la Bonne Nouvelle, c’est-à-dire le Christ Lui-même : Il s’agit de s’appuyer davantage sur le Seigneur et sur son Esprit, plus que sur nos seuls talents personnels pour annoncer le Royaume. Le Seigneur nous parle aussi par ceux qu’Il met sur notre chemin : soyons simples, car toute rencontre vraie est déjà une grâce.


Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier   



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier