Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

17e dimanche C – 28 juillet 2019 - La prière est si simple !

GN 18, 20-32 ; Col 2, 12-14 ; Lc 11, 1-13

Comment mieux prier ?
Aujourd’hui, nous voyons Jésus apprendre à ses disciples les paroles du Notre Père et les rassurer en leur disant que leur prière, si elle est faite avec une vraie foi, est toujours entendue.

Voyant avec quelle confiance Jésus priait on comprend que ses disciples se soient tournés vers lui pour entendre son témoignage et son enseignement. Nous-mêmes, nous sommes bien souvent en quête d’une prière plus profonde et plus vraie et nous sommes heureux de trouver sur notre chemin des personnes dont la façon de prier nous encourage ! Nous aussi apprenant à nous tourner vers Dieu, apprenons à mieux nous tourner vers les autres dans une même démarche de conversion.

Notre Père.
Dire à Dieu « 
notre Père
 », c’est revenir à Lui avec un cœur et une audace d’enfant : Jésus faisait ainsi en l’appelant «Abba » (Papa). Ainsi, en priant, nous commençons à nous guérir de cette crainte viscérale qui trop souvent fausse notre relation avec Dieu. Comme si depuis le « premier » péché l’homme avait peur de Dieu  et voulait se cacher de Lui !

Nous savons toute l’importance qu’il y a de nommer quelqu’un par son nom et avec le cœur. Nommer ainsi quelqu’un, c’est déjà résumer en un mot toute une histoire de relations et d’amitié, et cela peut même remplacer tout un discours. Les personnes auxquelles nous nous adressons ainsi sentent d’emblée la vérité de notre attitude. C’est ainsi que dans leur prière, beaucoup de personnes s’arrêtent en disant Père, ou Jésus, ou Marie !

Parler à Dieu comme à notre Père, c’est déjà
sanctifier son nom
, c’est-à-dire qu’il n’est pas seulement un nom sur une liste, mais qu’Il est unique aussi bien pour nous que pour tous, car le nom de chacun est écrit dans sa main. Et Celui qui a révélé son nom à Abraham en disant :
je suis celui qui suis
est aussi celui qui « 
est là »
tout au long de mon histoire  et de notre histoire humaine comme le Père qui nous ouvre le chemin et nous protège. Nous aimerions tellement pouvoir montrer à d’autres que Dieu est ainsi, alors que tant d’hommes en parlent de façon si légère et le blasphèment par leur mépris.

Le Règne de Dieu
nous concerne en premier lieu, car nous savons qu’il a commencé à venir parmi nous en toute lumière avec la Croix et la Résurrection du Christ. Nous avons alors découvert qu’il n’y avait pas d’autre issue de bonheur pour l’homme que dans un service de l’amour qui va jusqu’au don total de soi. Dans le règne de Dieu le plus grand se fait le plus petit et le plus pauvre est libéré des liens de la mort... En parlant du royaume de Dieu, Jésus le comparait à un incendie : l'incendie contagieux de l'amour, et il disait :
comme je voudrais qu'il soit déjà allumé …
Dans notre société si repliée sur elle-même, nous aurions besoin de tellement de saints incendiaires ! C’est en tout cas la volonté d’amour de Dieu qu’il en soit ainsi.

Quoi demander ?

Les demandes du notre Père ne sont pas celles d'un moi égoïste, mais d'un frère qui prie avec et pour ses frères : Jésus nous invite à prier en disant "nous"... en Eglise, avec toute l'humanité. C'est aussi une façon de se convertir que de passer du "je" au "nous".

En présentant nos demandes à notre Père, nous lui parlons à la fois de notre passé, de notre présent et de notre avenir, et à travers tout cela d’une vie où se mêlent nos angoisses et notre espérance .

Le passé ne pèsera plus sur chacun dès que le pardon sera reçu ; le présent ne sera plus angoissant pour tant d’hommes qui manquent du pain quotidien et pour nous qui avons besoin de tant de vraies nourritures, et la route de notre avenir sera plus sereine si nous voyons disparaître devant nous les barricades de la tentation ou de tant de menaces qui pèsent sur l’homme. Nous pourrions dire que le Notre Père nous met dans l’esprit qui est celui des Béatitudes : il nous apprend à assumer notre pauvreté radicale et à la présenter devant Dieu avec un regard plein de confiance ; il libère en nous la joie et la paix, qui sont les plus belles grâces de la prière.

Persévérer par confiance :
On comprend donc qu’après nous avoir transmis les paroles du Notre Père Jésus se soit attardé pour nous parler de la persévérance dans la prière.. On ne persévère que si on aime et si on fait confiance... (pensons à Abraham qui avait insisté avec une grande audace dans sa prière pour Sodome). Il faut prier sans cesse et « y croire »… le Père nous aidera alors à ne pas tout confondre dans nos désirs, comme le font les gamins qui ne sauraient pas discerner un poisson d’un œuf, ou un scorpion d’un œuf .

Orientation
Lorsque le soir nous allons nous endormir, commençons par louer notre Père pour tout ce qu’Il est et a été pour nous tout au long du jour. Rendons-lui grâce pour tout avant de lui parler de nos problèmes ; Confions-lui aussi tous ceux qu’Il a mis sur notre route ; notre Père nous apprendra ainsi à ne pas oublier nos frères ! Alors nous saurons « insister » dans notre prière, non pas par une sorte d’attitude angoissée : 
tout ce que vous lui demanderez en mon nom, Il vous l’accordera 
, a dit Jésus.



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier   



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier