Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas


20e dimanche Ordinaire B. 19 août 2018-: La vraie nourriture

Folie ou sagesse

Les lectures de cette messe nous donnent à choisir entre la folie ou la sagesse : Quittez votre folie et vous vivrez, suivez le chemin de l’intelligence  , disait le livre des Proverbes ; et st Paul, dans la même ligne  nous dit : ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages  , et :   ne soyez donc pas irréfléchis  !
La folie, pour nous et pour notre temps, ce serait par exemple d’avoir un rythme de vie totalement éclaté, incontrôlable. C’est pour cela d’ailleurs que les gens aspirent aux vacances, quand elles sont possibles, afin de redécouvrir une certaine sagesse et une certaine joie de vivre. A condition que les vacances ne soient pas elles aussi une sorte de fuite, une façon de s’enivrer de joie superficielle pour oublier, sans chercher pour autant à être plus sages ! Mais finalement, la vraie sagesse, c’est quoi ?

La vraie vie
Il est intéressant d’entendre l’Ecriture nous dire que la sagesse est toujours une façon de se rapprocher de la vraie vie ou de la vie tout court ! Elle est donc une marche d’approche vers Dieu ; elle habite elle-même en Dieu comme en sa source : il y a une expression très forte de l’Ecriture qui fait dire à la Sagesse : le Seigneur m’a engendrée , en la considérant comme une personne ! Et cette personne dit également :  j’ai été sacrée depuis toujours, dès les origines, dès les premiers temps de la terre. Quand les abîmes n’étaient pas, j’ai été enfantée. (Proverbes 8. 22 à 24). St Jean, plus tard identifiera la Sagesse au Fils de Dieu en écrivant  : au commencement était le Verbe et le Verbe était en Dieu. (Jean 1. 1). La Sagesse est aussi son Esprit Saint. Donc la Sagesse, ce n’est pas une philosophie, une morale abstraite ; c’est La Parole vivante, personnalisée, personnelle et aimante de Dieu. Et si nous devenons « sages », au sens fort du terme, c’est que nous laissons la sagesse nous habiter ; nous faire vivre.
Cette Sagesse s’est approchée des hommes ; elle est entrée dans notre histoire en conduisant le Peuple de Dieu. Elle se réjouit de nous rejoindre, de nous délivrer de nos folies. Le livre des Proverbes dit en son nom :
mon délice est d’être parmi les enfants des hommes . L’Ecriture décrit même la Sagesse  comme étant venue « camper » parmi nous, au cœur d’Israël : En Jacob, établis ta demeure, en Israël reçois ton héritage. (Ecclés. 24. 6 à 8). Saint Jean l’exprimera en une courte phrase : et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. (Jean 1. 14). En cela on pourrait dire que cette Sagesse est aussi la folie de Dieu, puisqu’elle s’est exprimée le plus fortement sur la Croix  : c’est la Sagesse de Dieu qui se révèle dans la folie du don de l’amour.

Une vraie nourriture
L’Evangile d’aujourd’hui évoque cette sagesse toute simple qui consiste pour nous à chercher de vraies nourritures, pour le corps comme pour l’esprit. C’est d’ailleurs un thème très actuel : il ne faut pas manger n’importe comment et n’importe quoi. Il y a beaucoup de nourritures terrestres qui ne sont pas bonnes pour nous, et qui finalement nous font manquer le bonheur : elles ont un goût amer après coup !
Or Jésus nous dit qu’il nous offre la nourriture de la vie éternelle, si nous mangeons le pain de vie. Le livre des Proverbes faisait dire à la Sagesse : Si vous manquez de sagesse, venez à moi, venez manger mon pain et boire le vin que j’ai apprêté. (Proverbes 9. 1 et 2) On comprend alors tout le sens du discours de Jésus disant : je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. 

Repas de fête
Souvent, dans l’Evangile, nous voyons Jésus comparer le Royaume de Dieu à un banquet ; celui auquel se refusent de venir les invités, celui des noces de Cana, ou celui du retour de l’enfant prodigue. Le Seigneur nous prépare également un repas de fête, signe du vrai bonheur ; il nous dit comme le Psaume : venez, mes fils, écoutez-moi, si vous aimez la vie et désirez voir les jours du bonheur…
L'Eglise, à travers l'histoire, comme aujourd'hui encore dans le monde entier, s'est toujours construite autour du mystère de l'Eucharistie. Jésus dit à l’Eglise, comme jadis aux apôtres : donnez- leur vous-mêmes à manger  : l’Eglise ne cesse de distribuer le pain multiplié dans l’Eucharistie. Tous les hommes sur terre sont invités à avoir faim de ce pain-là. Les gens n’ont faim que des nourritures qu’ils connaissent… mais le jour où ils acceptent de goûter à une nourriture nouvelle, ils peuvent en être émerveillés et pris par le désir de la goûter encore davantage. Ceci est encore plus vrai de cette nourriture vitale qu’est l’Eucharistie.

Orientations : Lorsque chaque dimanche, nous venons participer à ce repas de fête, le Seigneur nous en donne encore plus le goût. Nous expérimentons combien toute notre vie quotidienne se trouve nourrie par cette rencontre ; et le Seigneur par cette nourriture nous donne la joie d’être nourris par Lui, avec Lui et en Lui. En même temps il nous donne par le témoignage de notre vie ainsi transformée, et par nos gestes de partage, de devenir nous-mêmes nourriture pour tous ceux qui autour de nous ont faim. Celles et ceux qui ont suivi et qui suivent Jésus Christ.

Nouvelle du salut annoncée aux hommes par Jésus.





Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier