Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

20e dimanche ordinaire C -18 août 2019 - Le feu sur la terre

Jr 38, 4-6. 8-10 ; He 12, 1-4 ; Lc 12, 49-53

Mettre le feu
Laissons-nous interroger par ces paroles fortes de Jésus : Je suis venu apporter le feu sur la terre ; comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! En disant cela  le Seigneur pensait non seulement aux paroles de feu de son Evangile qui allaient embraser le monde, mais aussi au don de sa vie pour nous sur la Croix qui s’apprêtait à brûler en l’homme toutes les racines du mal et de la haine : elles allaient en éveiller en l’humanité au seul amour qui puisse la sauver et la faire vivre : celui qui vient du cœur même de Dieu. Notre Dieu est un feu dévorant dira St Paul ; déjà Moïse s’était trouvé en sa présence devant le buisson ardent, et David l’avait demandé à Dieu en lui disant: passe au feu les reins de mon cœur. Rappelons- nous aussi ce qui s’est passé dans le cœur des disciples d’Emmaüs quand Jésus leur a rappelé le sens des écritures : ils avaient le cœur tout brûlant.
Dès les débuts de l’Eglise, le feu de la Bonne Nouvelle, allumé au jour de la Pentecôte, s’est répandu dans le monde entier avec une rapidité étonnante ; et St Paul évoque la foule de témoins qui déjà étaient prêts à donner leur vie pour le Christ. Pensons à tous les martyrs de notre temps, plus nombreux peut-être encore qu’à toute époque de l’histoire de l’Eglise. Le feu qui nous habite est celui du baptême, de celui que l’Esprit- Saint met en nous si nous le laissons agir et nous rendre capables d’aimer et non de diviser. Pour cela, le pape François disait que nous ne devons pas rester assis sur notre canapé mais oser sortir à la rencontre de nos frères : partageons la source d’énergie durable qui est en nous ! ,

Que faire face au mal ?
Le message d’amour que nous a laissé le Christ semble s’opposer à ses paroles que nous venons d’entendre dans l’évangile : pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? je suis venu apporter la division.  Il ne s’agit pas ici de la division que la haine apporte avec elle, mais du courage qui consiste à démasquer le mal là où il se cache. C’était déjà l’attitude du prophète Jérémie : les gens qui l’entouraient dans son village et même le roi se sentaient dérangés par son appel à des comportements plus justes et tous se sont ligués contre lui au point de le jeter dans une citerne pleine de boue. Au dernier moment, alors qu’il allait mourir, quelqu’un de courageux est allé faire prendre conscience au roi du mal qu’il laissait faire. Nous trouvons ici un bel exemple de l’attitude qui pourrait être la nôtre en bien des domaines de la vie quotidienne : oser aller défendre la vie et la justice quand elles sont menacées, même si cela peut nous attirer des ennuis ! Ce n’est pas facile car le mal ou plutôt ceux qui commettent le mal ou pactisent avec lui savent se défendre ! Pensons à toutes les oppositions qui se sont liguées contre Jésus dès lors qu’Il est venu annoncer des paroles de vérité : elles ont été à l’origine d’une division qui a conduit à sa mise à mort par ceux qui refusaient de discerner le sens de ce qu’Il disait. Aujourd’hui cette division peut s’installer jusque dans les familles lorsque quelqu’un se convertit ou ose simplement témoigner de sa foi. Une chose est certaine en tout cas : l’Evangile, bien compris, non dénaturé ou édulcoré, ne laisse personne indifférent : il interroge, provoque et oppose, autrement dit, il met le feu !

Endurance dans l’épreuve
St Paul, dans la seconde lecture, nous encourage en nous invitant à penser à tous les témoins qui sont autour de nous en ayant les regards fixés sur Celui qui est l’initiateur de la foi et qui la mène à son accomplissement, Jésus lui-même. Le Christ a su,  renonçant à la joie qui lui revenait, endurer la Croix et la honte qu’elle représentait. Sachons affronter cette croix, sachant qu’il y a déjà en chacun de nous et autour de nous des attitudes à dénoncer ou à éliminer, ou « brûler », à commencer par nos égoïsmes et notre orgueil ; ou bien d’autres attitudes à ranimer. Nous avons donc à être porteurs à la fois de courage et de paix face à la violence et à la haine. Sachant que la paix dont nous avons à devenir témoins ne ressemble pas à la paix telle que le monde la donne : elle est la paix que Dieu nous donne même au cœur de l’adversité. Finalement, « dénoncer le mal sans commettre le mal, c’est le paradoxe chrétien et sa merveille. Toute parole prophétique oui tout simplement « vraie » jette le trouble, d’autant plus qu’elle semble souvent aller à l’encontre de tout ce que tout le monde pense dans ce qu’on appelle la « pensée unique » , dans laquelle chaque époque se laisse facilement enfermer.

Orientation.
Notre foi est souvent tâtonnante, mais laissons-là porter déjà des fruits en sachant en témoigner d’un cœur humble et sincère : la flamme de notre foi progresse sous la cendre, lentement et sûrement comme la braise. Saurons-nous guetter le coup de vent de l’Esprit qui soudain va réveiller en nous le feu du baptême et faire de nous de vrais témoins ?


Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier   



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier