Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

7 e dimanche de Pâques C - 2 juin 2019 - Que tous soient un

Ac 7, 55-60 ; AP 22, 12-14, 16-17,20 ; Jn 17, 20-26

Que l’amour dont tu m’aimes soit aussi en eux
Rappelons-nous les derniers mots de la prière de Jésus au Cénacle : que l’amour dont tu m’aimes soit en eux et que moi aussi je sois en eux. Nous voici en plein cœur du désir de Jésus, celui qui l’a habité toute sa vie. Toute sa vie a été témoignage d’amour, une « vie pour » : pour son Père, pour nous. Nous avons tous fait un peu l’expérience de la joie d’une vie qui se construit en étant « pour » les autres, pour les aider à connaître du bonheur. Faisant cela, nous trouvons aussi le bonheur. Cette joie est particulièrement grande quand le bonheur partagé est celui d’avoir trouvé Dieu ou de s’être laissé trouver par lui. Jésus en tout cas, dans sa prière, vivait à l’avance la joie de nous voir bientôt rassemblés en lui ; dans sa prière à son Père, il disait : qu’ils soient un en nous ; c’est un souhait qui s’enracine dans la joie trinitaire : être un avec l’autre en trouvant sa joie dans l’autre.  

Non plus serviteurs mais amis
Les textes de la liturgie de ce jour nous rappellent que depuis la venue de Jésus parmi nous, notre humanité est entrée dans la famille et l’intimité de Dieu. C’est le sens de la phrase étonnante dans laquelle Jésus a dit : je ne vous appellerai plus mes serviteurs mais mes amis. Nous sommes tous faits pour nous aimer les uns les autres, quelles que soient nos pauvretés et nos différences : nous recherchons cette « communion » entre nous en raison du lien profond qui a fait de nous, par le baptême, des frères et des sœurs dans le Christ, parce que membres de son Corps.

Avec les plus pauvres
Les membres du Corps du Christ les plus proches de nous, ce sont les pauvres. Si tous les chrétiens donnaient à leurs frères les plus pauvres la possibilité de devenir avec eux acteurs du partage auquel nous invite l’évangile, cela deviendrait vite explosif : personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager ! Devenons semeurs d’une forme d’écoute, d’unité, de communion vraiment nouvelle entre les hommes. Et c’est pourquoi, dans sa prière aussi, Jésus dit à son Père :  qu’ils soient un afin que le monde croie.

Père, pardonne-leur : ils ne savent pas…
La deuxième lecture de ce jour nous montre un exemple admirable de cet amour dont nous trouvons la source dans le Christ. Il s’agit du témoignage du diacre Etienne au moment de son martyre. Alors que ses accusateurs commencent à le lapider, Etienne voit le Christ auprès du Père et le prie : Seigneur ne leur compte pas ce péché. C’est la même attitude que Jésus sur la croix disant : Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. Ce sera l’attitude de tous les martyrs ; et je pense en particulier aux frères de Tibhirine, qui n’ont cessé de prier le Seigneur pour ceux qu’ils appelaient leurs « frères de la montagne ». Saint Paul, qui a été le jeune témoin de la lapidation d’Etienne, se souviendra sans doute de cette attitude d’Etienne quand la grâce du Seigneur viendra soudain lui toucher le cœur. C’est ainsi que l’amour donné jusqu’au bout, et le pardon donné aux ennemis, fait venir le Royaume plus sûrement que tout discours. Dans le contexte actuel, marqué de façon terrible par le terrorisme, cette attitude doit nous faire réfléchir.

Orientation
. Ce qui nous donne force et audace, c’est de savoir que Dieu est toujours le premier à nous aimer : nous ne sommes jamais sans amour, même aux heures les plus douloureuses et les plus sombres. L’amour est créateur de l’impossible, il régénère même les blessures les plus profondes. Avec l’amour nous devenons capables d’approcher nos ennemis, de trouver des mots qui ne ferment jamais le cœur, de les servir avec des mains qui ne font jamais mal, avec un regard qui ouvre toujours l'espérance et conduit vers un Dieu qui est miséricorde.



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier   



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier