Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

Homélie Trinité C – 16 juin 2019

Pr 8, 22-31 ; Rm 5, 1-5 ; Jn 16, 12-15

Vers la vérité tout entière
Ne nous décourageons pas si nous ne sommes pas capables de tout dire sur la Trinité ! Dieu lui-même n’épuisera jamais la fécondité de sa Vie ! Le Seigneur sait très bien qu’aucune créature n’est capable de porter tout son mystère et pourtant, enfants de Dieu, nous sommes familiers des personnes divines : le Père ne cesse de veiller sur nous, nous sommes devenus membres du Corps du Christ qui, avec l’Esprit, nous introduit dans le mystère de ce Dieu qui est Un en trois personnes. Une question peut se poser cependant : d’où vient que nous soyons encore si peu entrés dans cette Vérité vivante ? D’où vient que nous ayons tant de mal à déchiffrer l’Evangile et à entrer dans les mystères de la foi ?
C’est peut-être parce que nous comptons trop sur nous-mêmes : il y a peu de place en nous, non pas pour le Dieu inconnu, mais pour l’inconnu de Dieu. Et par-dessus tout, nous n’osons pas nous laisser guider par l’Esprit, dont le rôle est de nous conduire « vers la vérité tout entière ». Il le fait, par exemple, quand dans la prière et avec humilité nous laissons la Parole de Dieu agir d’elle-même dans notre cœur. En parcourant l’Evangile, nous sommes alors conduits à y reconnaître ce que Jésus veut nous révéler de Lui, de son Père et de l’Esprit ; alors, comme le dit Saint Paul : « Dieu, le Créateur de la lumière, brille dans nos cœurs pour y faire resplendir la connaissance de sa gloire, qui est sur la Face du Christ » (2 Cor 4,6 ).

Montre-nous le Père
Philippe, le soir du Jeudi Saint, avait posé à Jésus la question : « montre-nous le Père, et cela nous suffit ». Et Jésus avait répondu : «  qui m’a vu, a vu le Père » ! Toute la vie de Jésus témoignait d’un échange unique avec le Père, une intimité à laquelle nul homme n’aurait pu prétendre. Le Seigneur avait dit aussi aux disciples qu’il allait leur envoyer son Esprit, et quand Jésus parlait ainsi de l’Esprit Saint comme d’une personne, partageant une même intimité avec Lui et avec son Père. Il a fallu la lumière de la Résurrection et de la Pentecôte pour que les disciples commencent à comprendre que Jésus, le Christ, était vraiment « Le » Fils du Père et donc une personne divine. Ils ont compris aussi que l’Esprit Lui-même se manifestait à eux comme une personne divine, venant vers eux et vivifiant toute la vie de l’Eglise. D’où petit à petit cette conviction qui s’est exprimée ainsi : Dieu est Père, Fils et Esprit  Saint. L’Eglise alors ne cessera de dire, à la suite des apôtres : je crois en un seul Dieu ; ne disant pas en cela : ils sont trois mais il est trois. Curieusement, le Premier Testament l’avait pressenti quand les visiteurs d’Abraham parlaient de Dieu à la fois au pluriel et au singulier.

Pas de vie sans « relation » d’amour
Il n’est pas nécessaire de faire une réflexion théologique très compliquée pour se dire que Dieu ne peut être que amour ; et nous savons que tout amour vrai est à la fois don, réception et partage. Ces trois aspects se vivent déjà dans l’amour humain, en particulier dans la famille. Et même d’une manière plus générale nous pouvons dire que notre vie est réussie lorsque nous avons la joie d’être créateurs (être père), réceptifs à l’amour d’autrui (être fils) et vivant la belle réalité à la fois d’être aimés et d’aimer (Esprit). C’est la plus belle des réalités de découvrir que l’homme est un être relationnel, à l’image de la Trinité, lorsqu’il entre en relation avec Dieu, avec ses frères et avec lui-même. Nous devenons nous-mêmes en nous recevant des autres et en nous donnant à eux. L’unité dans la différence, c’est ce que l’on appelle la « communion » : c’est la plus belle réalité que peuvent vivre les humains ! .
Laissons-nous alors saisir par cette merveille d’un Dieu qui vit en lui-même un infini  dialogue d’amour. N’imaginons pas un « Père » qui aurait existé d’abord et ensuite aurait fait exister son Fils : le Père est don infini et éternel de la vie, Il est « paternité ». Mais le Fils, est accueil infini et éternel de la vie. Le Père et le Fils se renvoient cet amour donné et accueilli dans cet amour infini qu’est l’Esprit Saint.

Orientation.
Le mystère de la vie de Dieu devient déjà un peu visible sur terre quand nous vivons mieux à l’image de celui qui nous a créés et sauvés, c’est-à-dire quand nous vivons l’unité dans la diversité et lorsque nous découvrons ce que signifie aimer et être aimés. Est-ce une tâche impossible ? Non, car l’Esprit nous entraîne tous à relever ce grand défi de l’amour : Il est plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes et il saura faire de nous des hommes de communion à l’image de Dieu.



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier   



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier