Partenaires..   
Spiritains associés - page 3

Spiritains associés aujourd'hui

TÉMOIGNAGE DE Christine et Arnaud VERDA (2008)

à l'occasion des Journées d'amitié spiritaine, à la maison-mère


TÉMOIGNAGE DE SYLVESTRE WOZNIAK, SPIRITAIN ASSOCIÉ (2008)

Le 6 janvier, dans la chapelle Sainte Thérèse de la Fondation d’Auteuil, j’ai prononcé un engagement de trois ans dans la Congrégation du Saint Esprit. Comment peut-on en arriver là ?
Dans une histoire humaine, ce sont les rencontres qui sont déterminantes. Sur le chemin de l’existence, je n’ai pas rencontré que des spiritains mais s’il fallait faire une liste de toutes les personnes dont les paroles ou la vie m’ont marqué durablement, la Congrégation serait bien représentée, ne serait-ce qu’avec les années passées au petit séminaire d’Allex. La première fois que j’ai entendu parler des associés remonte à une douzaine d’années. Nous étions venus en famille à Chevilly-Larue pour une rencontre avec les participants d’un camp d’été. François Nicolas nous a invités à une réunion où étaient présents quelques-uns des pionniers de l’aventure comme Daniel Fasquelle et Pierre Sornay. Mais nous ne sommes pas allés plus loin, pour des raisons pratiques : nous habitions vers Montpellier, sans communauté spiritaine proche et nous étions engagés dans un discernement en vue du diaconat. Dix ans plus tard, toujours laïc et après quelques relances de François Nicolas, je l’ai rejoint dans le service de la pastorale de la Fondation d'Auteuil.
La Congrégation du Saint-Esprit a donc tenu une place importante dans ma formation humaine et spirituelle, on peut même dire que nous sommes liés affectivement par mon frère Jean-Etienne, tué en Angola. Je travaille dans une œuvre dont les spiritains assurent la tutelle, en famille nous recevons des spiritains de passage et nous sommes volontiers accueillis par les communautés proches…est-ce qu’il n’était pas logique et évident de m’engager comme associé ? Oui et non, cela dépend de ce que l’on met derrière la démarche d’engagement. Si c’est l’officialisation d’une longue relation, comme un mariage après 30 ans de vie commune, ou une distinction pour services rendus, je dis non. Peut-on parler d’engagement avec le regard tourné vers le passé ?
L’engagement, comme le dit souvent un des premiers associés, c’est passer du " avec les spiritains, je" au " nous, les spiritains ", c’est partager une mission qui ne nous appartient pas, c’est se rendre disponible à des appels parfois déroutants, c’est devenir un peu plus missionnaires dans tout ce que nous vivons, là où nous sommes avec, au cœur de la vie spiritaine, une attention particulière aux plus pauvres.
C’est ce que j’ai retenu de la lettre de mission remise par le vicaire provincial, parlant de ma responsabilité comme directeur de la pastorale : " nous te demandons d’être attentif à ceux qui peinent, qui se retrouvent isolés, qui rencontrent des difficultés…Il ne s’agit pas d’un lien fonctionnel mais d’un lien de charité ".
Enfin, il faut savoir que les associés, c’est tout récent dans l’histoire des spiritains. Il y a encore des questions et des tâtonnements comme la Congrégation en a connus plus d’une fois en 300 ans. D’autres congrégations sont sur le même chemin, l’Esprit Saint est sûrement dans le coup. Alors, rendez-vous dans 3 ans ?
Sylvestre Wozniak
(article repris de Province et Mission, fév 2008)

2003 -Jean-Pierre Roesch s'engage comme associé

Jean-Pierre, qui êtes vous ?
je suis né en 1946, à Saverne. J'ai servi pendant trente ans dans la police nationale, à Paris, Nantes et Strasbourg, où j'ai été responsable de la brigade criminelle.
je suis veuf, père de 2 garçons et depuis peu grand-père pour la 2e fois.

Comment avez-vous pris contact avec les missionnaires du Saint-Esprit ?
Jeune, j'habitais la rue du Père-Libermann, à Saverne. Mais c'est après le décès de mon épouse que je suis revenu avec mes enfants dans la région.
J'ai pris l'habitude de me rendre à la messe à Saint-Florent avec mes parents. À la demande du P. Litschgi, j'y assurais la lecture. Peu à peu ce lien s'est renforcé. Mon père faisait partie des « Amis du Père Libermann », dont l'animateur était le P. Bohn, puis le P. Robert Metzger, récemment décédé. J'en suis devenu président au décès de M. Caspar.

Vous semblez très engagé dans la vie associative ?
C'est vrai. J'ai été également président des anciens combattants et secrétaire de la section régionale.

Et le P. Libermann ?
À l'arrivée du P. Jean-Claude Brandt, voici une dizaine d'années, nous avons créé une 2e fraternité spiritaine. De ce fait je fus de plus en plus proche de la communauté de Saint-Florent. Cela a été aussi pour moi l'occasion d'approfondir ma connaissance de la spiritualité de Libermann.
J'ai également été responsable régional des fraternités spiritaines de l'Est.
Après un cheminement de dix ans dans la fraternité, et après avoir pris connaissance du statut des associés, j'ai voulu faire un pas de plus.

Comment?
Pour des raisons personnelles, j'ai dû retarder mon engagement. Finalement je me suis mis à la disposition de la congrégation lorsqu'elle m'a demandé d'assurer l'économat de la maison de Saverne. je dois dire que j'ai été très bien accepté dans la communauté.
Ceci est la fois important et une expérience très riche humainement et spirituellement.

Combien y-t-il actuellement de Spiritains Associés ?
Ils sont 3. Deux hommes et une femme. Les 2 ers sont mariés, la dernière célibataire.
Cinq à 6 personnes cheminent avec ce groupe en vue d'un engagement éventuel.

À quoi vous engagez-vous et pour combien de tenps ?
Normalement nous nous engageons pour trois ans renouvelables. Nous nous engageons à partager l'idéal spirituel et missionnaire des Spiritains.
Concrètement nous acceptons d'être envoyé par la Congrégation dans une oeuvre spiritaine, ici ou ailleurs ou pour un engagement reconnu par elle. Nous partageons aussi avec les spiritains nos connaissances professionnelles et techniques, dans le milieu où nous vivons. Ainsi suis-je engagé au Conseil interparoissial de Saverne ainsi qu' au Conseil de fabrique.
(repris de Echo de la Mission, janv 2004)


Rencontre internationale des laïcs associés spiritains

Depuis les années 1970 les laïcs spiritains associés sont une réalité dans la congrégation, surtout (mais pas seulement) dans les provinces du nord. Le chapitre d'Itaici parle d'eux comme "un don", "une richesse", "un défi" pour la famille spiritaine. Le chapitre de Maynooth les regarde comme "une grâce", "une bénédiction" et "une source de renouveau spirituel, missionnaire et communautaire" pour toute la congrégation. De fait, les laïcs associés font partie de la famille spiritaine, ils partagent notre vie et notre mission par leur vie de foi et leurs engagements apostoliques et missionnaires.
En Amérique du nord il y a à peu près vingt ans que, au moins deux représentants des divers groupes d'associés spiritains de la région se rencontrent annuellement. Ce sont des rencontres de partage et d'approfondissement traitant de leur organisation et des différents engagements pris par les laïcs. Ils sont engagés dans des actions concernant Justice et paix : réfugiés, immigrants, jeunes et adultes en situation difficile, dialogue interreligieux...La dernière rencontre annuelle a eu lieu du 23 au 25 avril au centre spiritain In'Afu de Montréal. La question de Jésus à Pierre "m'aimes-tu?" a aidé les 24 participants à réfléchir sur la qualité des relations humaines dans la vie familiale, communautaire, sociale, pastorale, ainsi que dans leurs engagements missionnaires spiritains. Entre autres choses, ils ont élu le délégué de leur région au prochain chapitre général et se sont donné les moyens de rester plus unis dans la région. Bien que les divers groupes aient déjà leurs manuels d'association avec la congrégation, ils ont approuvé dans cette réunion leur déclaration de mission dont nous citons un extrait : "Nous nous considérons comme une communauté réunie sous la mouvance de l'Esprit, portant une attention privilégiée aux plus pauvres, aux plus vulnérables et aux exclus de la société, les accompagnant dans leurs efforts pour se libérer de l'emprise de la misère dans laquelle ils sont enfermés" (déclaration de mission). Leurs propositions correspondent au proverbe chinois "mieux vaut apprendre à pêcher que de donner un poisson" ou à cet autre plus expressif "si tu viens nous aider cela ne vaut pas la peine; mais si tu viens pour que nous nous libérions ensemble, alors travaillons ensemble".
En Europe c'est depuis 1997 que les groupes de laïcs spiritains ont une rencontre annuelle. Compte tenu des situations diverses des provinces, des contextes différents et des histoires de chacune, les groupes ont partagé leurs engagements et cherché à découvrir des orientations communes et des mots-clés qui puissent unir les différents laïcs spiritains. Ces dernières années, certaines provinces d'Europe ont investi dans la formation et l'organisation des laïcs spiritains qui sont un signe d'espérance et de confiance pour ces province. Ils ont tenu leur réunion annuelle du 29 avril au 2 mai dans la maison spiritaine du Bouveret (Suisse) ; ils ont discuté entre autres choses le rapport que le représentant des laïcs associés d'Europe devra faire au prochain chapitre général. Les trois laïcs associés qui seront au chapitre général comme invités, auront l'occasion de partager leurs expériences, leurs attentes et leurs projets.

Premiers engagements

Le jour de la Toussaint 1997, à Blotzheim en Alsace, Daniel Fasquelle s'est engagé pour 3 ans, comme laïcs associés, dans la Province de France et la Congrégation du Saint-Esprit.
"Notre engagement a été précédé de bien des 'oui' au Gabon, au service des jeunes d'Auteuil et au sein de la Fraternité Esprit et Mission. Nous entrons dans la famille spiritaine et prenons part à sa mission.
Moi-même auprès des jeunes de l'Ecole-Collège des missions de Blotzheim"
nous confie Daniel.
Il est actuellement au service des OAA dans la région parisienne.

"Je m'engage personnellement, pour une période de trois ans, comme laïc associé‚ de la Province de France." Pierre Sornay s'est engagé le 9 novembre 1997. En lien avec la communauté spiritaine de Bordeaux. Il était alors responsable éducatif de la maison des Orphelins Apprentis d'Auteuil (OAA) de Blanquefort. C'est là qu'il vivait avec son épouse Catherine et sa petite fille Adeline. (Pentecôte sur le Monde, n° 776). Depuis il est devenu responsable d'une maison des OAA dans le Centre de la France (*)

Marie-Victoire, engagée plus récemment travaille en pastorale auprès des jeunes d'Auteuil à la maison Ste Thérèse, berceau de l'œuvre, à Paris.(*)


Notes (2007, 2010):
Pierre Sornay est gestionnaire à la maison spiritaine de Wolxheim
Marie-Victoire reçoit à la librairie de la maison-mère
François Savourel, décédé en décembre 2009

Contact- formation :
P. Marc-Henri Jeoffre
Maison Saint-Esprit
Boulevard des Villas 83420 LA CROIX-VALMER
c.e : marcoshenri*hotmail.com
responsable des laïcs associés


../..

Sommaire           Page précédente           1           2           Accueil site