Missionnaires spiritains : Logo Le dossier;  
Claude-François Poullart des Places, fondateur de la congrégation du Saint-Esprit

  Dossier



Claude-François Poullart des Places :
devenir pauvre pour suivre le Christ

Textes : Jean Savoie, de la Revue Saint-Joseph d'allex - photos : PSM et Archives spiritaines, France


; Registration code (if you have it) ; Optional URL link when the applet is "clicked". ; Reglink opened in new frame? YES ; Name of new frame for reglink ; Statusbar message ; Resolution (1 .. 8) ; Face 1 ; Face 2 ; Face 3 ; Face 4 ; Face 5 ; Face 6 ; Interactive mode ("YES" - "NO") ; Lightning ("YES" - "NO") YES ; Light power (1..100) ; Light min power (1..511) 10 ; Light max power (1..511) ; X Rotation speed 4 ; Y Rotation speed 6 ; Z Rotation speed 8 ; Optional background image ; Red in background (0 .. 255) 64 ; Green in background (0 .. 255) 96 ; Blue in background (0 .. 255) 160 ; Clear the background ("YES" - "NO") yes ; Optional image over applet ; Over image X offset ; Over image Y offset ; Memory deallocation delay ; Loading task priority (1..10) ; Task priority (1..10) ; Min. milliseconds/frame for sync Votre navigateur ne supporte pas le Java ? ; Message for no java browsers.

C laude Poullart des Places (1679-1709) est le fondateur de la congrégation du Saint-Esprit.
Nous célébrons en 2009, le 300e anniversaire de sa mort. Occasion de mieux connaître cette riche personnalité à l’origine des spiritains.
Claude naît dans une famille de Rennes bien en vue à la fin du XVIIe siècle. Avec une solide formation reçue auprès des jésuites, il peut prétendre à une situation brillante et reconnue. Mais le voilà, à 21 ans, interpellé par l’Évangile et particulièrement par l’attention du Christ aux plus pauvres. Sa famille, qui espère retrouver sa noblesse en cet unique garçon, met du temps à en accepter l’idée. Claude, sans rien briser, reste ferme dans sa décision. Il entre à la fin de 1701 au collège Louis-le-Grand comme candidat au sacerdoce. Dès le début de ses études de théologie, il visite les malades, instruit les jeunes ramoneurs savoyards immigrés à Paris (la Savoie n’était pas en France), soutient des étudiants pauvres écartés du sacerdoce faute de ressources. Il comprend alors que la pauvreté matérielle, loin d’être un obstacle pour le service de Dieu et de l’Église, est une dimension de la vie sacerdotale que le Christ a pratiquée et enseignée à ses apôtres.
Il ouvre pour ses amis pauvres une maison de formation de prêtres. Il y consacre son temps et ses forces. Il vient à bout de crises intérieures et extérieures par une forte vie spirituelle et par sa fidélité à l’Esprit Saint. Il prépare ses étudiants pauvres au service de l’Église pour des ministères délaissés en France et dans les missions lointaines. Claude meurt à 30 ans. Il a jeté les bases de la congrégation du Saint-Esprit à qui il a légué son attention à la formation sacerdotale et son orientation missionnaire au service des plus démunis.



SOMMAIRE
 



Page précédente           retour revue