Archives spiritaines..   
Missionnaires et développement

On entend ici ou là : " les missionnaires ont tout détruit..."
Nos archives possèdent d'innombrables documents témoignant
de l'engagement missionnaire dans le développement, dans
la sauvegarde des langues, de la flore... et bien d'autres domaines depuis trois cents ans..
Cette page se propose au fil des mois certaines mises au point


70. Père Louis Guillemin (1902-1991 )

Louis Guillemin est né à Noyal Pontivy ( diocèse de Vannes) le 24 août 1902 . Il fait ses premiers vœux chez les Spiritains le 1er octobre 1922. Il est ordonné prêtre le 12 mai 1929 et part pour le Cameroun. Il va y rester de 1929 à 1949 et de 1966 à 1984.
Ca n'était pas un homme au caractère facile et la liste des postes qu'il a fréquentés en donne témoignage. Pour fuir ses confrères et ses paroissiens, il s'est même réfugié dans un monastère où il n'a tenu que quarante et un jour.
Ce qui a frappé dans la vie de cet homme, c'est son amour pour les langues africaines. Arrivé à Edéa, début octobre 1929, il apprend la langue bassa. Dès le 28 du même mois il peut confesser en cette langue. Les tournées de brousse ne lui font pas peur. Pendant le carême 1930, il fait 374 kilomètres à pieds.C'est pendant ses voyages qu'il peut rencontrer profondément la culture des diverses ethnies qu'il rencontre. Il s'intéresse aussi au tam-tam , à la façon d'envoyer des messages avec cet instrument
. A Ebolowa il apprend la langue Boulou. C'est lui qui trace la route sur la ligne de partage des eaux de Nfou à Nkilzok (route qu'il a faite à pieds bien des fois). Plus tard il apprendra l'Ewondo et reprochera à Mgr Graffin, son évêque, d'avoir trop simplifié cette langue d'après lui pleine de subtilités..
Partant pour Bangui près des Ewondo émigrés, il met à la poubelle malheureusement pour nous toutes ses notes sur les langues. Mais après un court séjour en Mauritanie, il se remet aux langues .A Baffoussam, 6 ou 7 tables qui occupaient la salle de séjour étaient couvertes de documents en Bamoum, Tikar, Bassa, Ewondo. Il approfondissait sans cesse ses connaissances des langues. Dommage que rien n'ait été publié.
Revenu en retraite à Langonnet en 1984, le père Guillemin y décède le 14 janvier 1991.

page préparée par Roger Tabard, archiviste général

voir aussi un texte du Père J. Criaud:
. P. Guillemin

et parmi d'innombrables figures de spiritains

x
par FreeFind


Sommaire Archives           Page précédente           Accueil site          

Figures précédentes