Archives spiritaines..   
Missionnaires et développement

On entend ici ou là : " les missionnaires ont tout détruit..."
Nos archives possèdent d'innombrables documents témoignant
de l'engagement missionnaire dans le développement, dans
la sauvegarde des langues, de la flore... et bien d'autres domaines depuis trois cents ans..
Cette page se propose au fil des mois certaines mises au point


76- Le père Alphonse Marie Lang (1864-1943)

Né à Ranspach-le-Bas (Haut Rhin) le 28 octobre 1864, Alphonse Lang, dès sa tendre enfance a rêvé d'être missionnaire. Elève au collège de Merville, avec d'autres alsaciens, il entre à Chevilly en 1881 pour faire ses études de théologie. Puis il fait son noviciat qu'il achève par ses premiers vœux le 15 août 1890. Il est alors envoyé en Angola dans les missions du Cunène.
D'abord directeur du séminaire de Huila 1890-1898, il est nommé ensuite à la mission des Gambos 1898-1912. La préoccupation des missionnaires à cette époque, est d'aider les gens ruinés par la peste bovine qui décime les troupeaux. Le Père Antunès, supérieur provincial trouve un vaccin efficace, si bien que les éleveurs viennent en masse à la mission vacciner leurs troupeaux. Autre événement tragique de cette période : pour répondre à un massacre de soldats portugais, l'armée coloniale portugaise lance des expéditions punitives qui font que la population se réfugie dans les montagnes. Il faut tout le doigté du père et de la patience pour calmer les portugais et ramener les gens dans leurs villages.. Le père Alphonse s'en ira ensuite à la mission de Tchivingiro dont il devient Supérieur. La région connaît alors une terrible famine et beaucoup de gens meurent. En 1935, il prend sa retraite à Huila. C'est là qu'il meurt le 17 janvier 1943.
Très bon connaisseur des langues de la région, le père Lang publie en 1906 une grammaire « olunya-neka » où il révèle ses dons exceptionnels en linguistique. Il collationne aussi d'innombrables proverbes qui malheureusement ne seront pas publiés. Son œuvre principale, qui ne sera pas éditée non plus est une étude ethnographique de plus de 200 pages , avec un Supplément sur les Vanya-Neka. On peut en retenir quelques points de la table des matières : 1) La religion Nyaneka (Leur croyance, leur culte, leur morale ; 2) la vie de l'individu (première enfance, seconde enfance, les initiations de l'adolescence, la vie du Kraal ; 3) la vie de famille (la vie à deux, la vie du village, l'agriculture et l'élevage, le ménage au contact des sorciers, la mort et la cérémonie d'enterrement ; 4) constitution sociale (la vie du couple royal, le droit et la justice, les mœurs et la moralité) ; les superstitions et la magie (culte des vaches sacrées, vocation du sorcier, sa consécration, les sociétés secrètes), les inventions (industries et capacités techniques, l'habillement, l'astronomie,la vie intellectuelle, musique et danse). C'est un document qui aurait mérité d'être publié !
P. Roger Tabard, archiviste général Cssp.


et parmi d'innombrables figures de spiritains

x
par FreeFind


Sommaire Archives           Page précédente           Accueil site          

Figures précédentes