Archives spiritaines..   
Missionnaires et développement

On entend ici ou là : " les missionnaires ont tout détruit..."
Nos archives possèdent d'innombrables documents témoignant
de l'engagement missionnaire dans le développement, dans
la sauvegarde des langues, de la flore... et bien d'autres domaines depuis trois cents ans..
Cette page se propose au fil des mois certaines mises au point


69. Père Jean-Marie Carret (1901-1960)

Né à Clermont-Ferrand le 14 août 1901, Jean-Marie Carret est ce qu'on appelle une vocation tardive. Mais, très doué pour les études, il fait sa théologie sans problème à Chevilly, chez les Spiritains et est ordonné prêtre le 12 octobre 1930. Il avait 29 ans.
Le 12 juillet suivant, il part pour le Cameroun. Il est désigné pour la mission de Samba, en pays Babingui. Dès son arrivée, il entreprend de consigner au jour le jour les observations de tous ordres qu'il fait sur les paysages, la vie des gens, les coutumes, les fleurs, les animaux, les divers travaux des gens, etc. A ce journal dont les archives conservent une vingtaine de cahiers, il restera fidèle jusqu'aux tout derniers jours de sa vie, c'est-à-dire durant 30 ans. Il fera aussi beaucoup de photos.
En 1936, il est affecté à la mission de Kribi, qui, après Marienberg, est la plus ancienne des missions du Cameroun. Il y restera 24 ans. Sous son impulsion, la mission va développer des œuvres considérables : d'excellentes écoles primaires au centre et en brousse, un beau dispensaire, une école ménagère, une école professionnelle de garçons préparant au C.A.P.
A la création de cette dernière il consacra les revenus d'une œuvre littéraire, un roman qu'il a écrit et qui reprend une partie des notes prises ça et là. Ce roman " Kel Lam " publié aux éditions Alsacia eut un vif succès et lui valut, avec tout son travail de développement, la légion d'honneur.
Atteint d'un abcès au foie, le père Carret était parti se reposer. Mais il fallu le transporter à l'hôpital de Yaounde, où il est mort le 26 février 1960. Président la cérémonie de sépulture, Mgr Mongo son évêque tint à faire remarquer que le père n'a jamais fait de distinction entre les blancs et les noirs, qu'il a aidé son évêque comme peu de gens l'ont fait, qu'ayant brassé beaucoup d'argent, il est mort comme un pauvre.
Père Roger Tabard, archiviste CSSP + http://spiritains.forums.free.fr/defunts/carretjm.ht


et parmi d'innombrables figures de spiritains

x
par FreeFind


Sommaire Archives           Page précédente           Accueil site          

Figures précédentes