En pirogue, debout sur la seine comme une expérience missionnaire

Expédition en pirogue sur le fleuve Seine

En ce samedi ensoleillé de septembre, au cœur de la Saison de la Création, frère Paul nous initie à ce sport fluvial. On découvre au fil de l’eau une Seine assez sauvage entre Poissy et Villennes sur Seine. La quiétude de la navigation permet un sentiment profond de gratitude pour cette Création donnée par Dieu. La vue des déchets rappelle combien, en nous la confiant, Dieu nous en a rendus responsable. Le 5e anniversaire de Laudato Si rend toujours plus vivace la conscience du Tout est lié.

Au contact des Batéké, ethnie vivant au bord du fleuve Congo, le frère Paul Ronssin a appris le maniement de la pirogue. Il a construit de ses mains et avec ingéniosité, quatre pirogues démontables en trois tronçons de contreplaqué, transportable sur la galerie d’une voiture. A l’avant du navire, le brigadier Dominic, prêtre des Société des missions africaines, originaire d’Inde guide les matelots.

Cette sortie sportive nous a fait goûter à l’esprit des missionnaires. On a pagayé dans le sillon de ces navigateurs partis sur les fleuves d’Afrique et d’Amazonie rencontrer et servir les populations locales.

« Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue, c’est-à-dire du voyage, de l’arrachement à soi-même, et le besoin de l’Arbre, c’est-à-dire de l’enracinement, de l’identité, et les hommes errent constamment entre ces deux besoins en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ; jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’Arbre qu’on fabrique la Pirogue ».

Mythe mélanésien de l’île de Vanuatu.