Habib et Wycliff prononcent leurs vœux définitifs à la maison mère de la congrégation, la chapelle de la rue Lhomond

S’engager à vie : une libre promesse

L’engagement des spiritains, religieux, se caractérise notamment par les vœux qu’ils prononcent en se consacrant à Dieu. Il s’agit d’une libre promesse de se donner à Dieu, de suivre le Christ en se conformant le plus possible à lui.

Habib et Wycliff ont professé leurs vœux définitifs le 5 septembre à la chapelle de la maison mère de la Congrégation rue Lhomond à Paris.  Le provincial Marc Botzung les a reçus au nom de l’Eglise  devant le peuple de Dieu rassemblé . Ils ont ainsi donné leurs vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.

Extraits de l’homélie de Marc Botzung, provincial des spiritains de France

« Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est. » L’apôtre parle bien de nous, de vous. Son propos ne cherche nullement à nous rabaisser, il nous invite plutôt à une profonde conversion de notre regard – il introduit d’ailleurs son mot par « frères, regardez bien » ! – . Il s’agit ici du regard sur nous-mêmes, de notre regard sur les autres, regard sur notre Église, regard sur notre Congrégation. Lorsque le Père Libermann dira de son groupe d’audacieux missionnaires « nous sommes un tas de pauvres gens… », dit-il vraiment autre chose que St Paul ?(…)

Pour Libermann comme pour St Paul, cette humilité clairvoyante est une condition essentielle pour vivre notre mission. En fait, n’est-ce pas l’expérience même de Jésus, que, dans sa pauvreté, il se reçoit du Père ? N’est-ce pas l’expérience de la Vierge Marie, qui dans le partage de la condition des humbles, voit briller la bonté de Dieu, voit se réaliser sa promesse : « il renvoie les riches les mains vides et relève les humbles ». Marie expérimente cela en elle et voit cela autour d’elle. Wycliff et Habib, Dieu est étonnant ! Laissez-vous étonner, surprendre dans votre relation à lui…

Apprenez à recevoir quelque chose de la grâce de Dieu dans votre rencontre avec chaque personne. Si vous apprenez à recevoir, vous apprendrez aussi à donner, à servir…

Avec la joie de ne plus être cantonnés aux études et de pouvoir enfin être livrés au ministère, vous expérimenterez le goût de l’autonomie, des découvertes, des responsabilités dans la mission et dans la vigne du Seigneur. N’oubliez pas l’interpellation faite à Jésus au début de l’Évangile de Jean par deux futurs disciples « où demeures-tu ? » (Jn 1,38). Au-delà du lieu géographique, la question est : où est ta vraie demeure ? « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Mt 6,21).