Rameaux 2022

« Hosanna ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur ! » Telle est l’acclamation qui retentit lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem et que la liturgie de ce jour reprend.

Béni soit celui qui vient dans nos cœurs, qui nous rejoint dans nos souffrances et nos espoirs, qui veut susciter au fond de nous son espérance.

Le Psaume 22 que nous avons chanté nous fait passer du sentiment d’abandon à la louange.

Il commence par un cri de détresse : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? … » Il se termine par la joie de savoir que Dieu n’abandonne pas le psalmiste lorsqu’il constate : « Tu m’as répondu et je proclame ton nom devant mes frères. »

Nous avons ce même mouvement de la mort vers la vie dans l’hymne aux Philippiens :

Cet hymne évoque l’abaissement du Christ, son dépouillement, son obéissance jusqu’à la mort de la croix. Mais Dieu le relève, le remet debout, le ressuscite.

Alors nous pouvons ensemble proclamer : « Jésus Christ est le Seigneur. »

Dans ce long récit de la Passion selon Saint Luc, nous retrouvons celui qui nous parlé, tout au long de son évangile, de la tendresse de Dieu, de son pardon et de sa miséricorde.

Retenons deux passages de cette passion.

D’abord le Christ en croix qui prie son Père :

« Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Ainsi le Christ continue à offrir son pardon jusque sur la croix.

Témoin ce dialogue avec l’un des malfaiteurs qui lui demande : « Jésus, souviens-toi de moi dans ton Royaume. » et Jésus lui répond : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Paradis. »

Jésus se fait proche de nous jusque dans la souffrance. Alors nous pouvons, en toute simplicité, lui confier nos soucis, notre souffrance mais aussi nos joies ou nos espoirs, nous pouvons reconnaître avec le centurion : « Celui-ci était réellement un homme juste. »

A notre tour, adoptons cette attitude du serviteur, suivant le Serviteur souffrant qu’est le Christ, toujours ouverts à sa Parole. Nous prions avec lui pendant toute cette semaine sainte portant, auprès de la croix, la passion de tant d’hommes et de femmes ou de familles brisés à travers le monde. Portons aussi dans notre prière tous ceux et celles qui s’engagent pour que la paix et la fraternité grandissent dans les cœurs et, de même, entre les hommes et les nations à travers le monde.

Emmanuel MEAUDRE