Marie par sa jeunesse symbolise la rencontre des deux âges et les fait communiquer. 

Les fêtes de fin d’année à l’approche sont une occasion heureuse pour se rencontrer en famille. C’est le moment pour les grands-parents de revoir les petits enfants qui ont bien grandi. Les parents peuvent revoir l’enfant qui s’est émancipé du cocon familial en faisant son entrée à l’université. La fin d’année se présente ainsi comme une intersection où se rencontrent divers âges de la vie. Les plus vieux ont l’occasion d’admirer en leurs petits-enfants la vie en train de se déployer et de l’engraisser de leur sagesse.

Pour les plus jeunes c’est le temps offert pour saisir la beauté d’une vie mûre d’expérience qui se flétrit et qu’il faut arroser de la sève de leur jeunesse. Toute rencontre est donc un échange et une promesse de vie. Cette fin d’année nous éprouvons d’une manière spéciale un désir ardent de rencontre tant les nombreuses restrictions dues à la pandémie nous auront éloignés les uns des autres. 

Tressaillez de joie Car vos noms sont inscrits dans le coeur de Dieu

C’est cette joie de la rencontre qui a saisi la jeune Marie aux entrailles au point de la faire sortir de sa zone de confort que Luc nous raconte aujourd’hui. Ici l’éloignement n’est pas dû à un virus mais à la distance physique que le seul désir de revoir sa cousine Elisabeth mesure à quelques pas. Elisabeth et Jean Baptiste c’est l’ancien et le nouveau qui se rencontrent selon le plan de Dieu, en qui tout est possible. Marie par sa jeunesse symbolise la rencontre des deux âges et les fait communiquer. C’est pourquoi ses paroles peuvent se spatialiser à travers le corps de sa cousine jusqu’à toucher l’enfant qu’elle porte en son sein.

La parole de Marie fait communiquer les deux âges : Elisabeth, le vieil âge et Jean Baptiste une vie en train de commencer. La présence de Marie les met en concert et l’Esprit dispose une atmosphère de fête qui fait tressaillir Jean Baptiste et chanter Elisabeth les merveilles de Dieu dont elle est témoin de l’amour agissant.  La présence et les paroles de Marie sont porteuse de l’alliance entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Cette alliance est éternelle parce qu’elle fait communiquer toutes ces générations, représentées par le Baptiste et sa mère, qui diront d’âge en âge « heureuse celle qui a cru en l’accomplissement des promesses du Seigneur ».

La visite de Marie à sa cousine Elisabeth nous donne ainsi des ingrédients pour toute rencontre se voulant fructueuse : 

  • un désir qui fait prendre la route et braver les obstacles, traverser les frontières de l’éloignement
  • une parole efficace qui fait bouger
  • une reconnaissance 
  • une célébration commune symbole de l’Alliance.  

Landry N’Nang Ekomie, spiritain accompagnateur du foyer de Strasbourg et en communauté à Saverne