30 Rue Lhomond, 75005 Paris
Lors de leur Chapitre, les spiritains ont consacré du temps à réfléchir autour des drames des abus spirituels et sexuels, écouter les récits, prier pour les victimes.

Ils ont cherché les mots, les attitudes, les réactions qui pouvaient rejoindre en vérité les victimes. Voici la déclaration tirée de leurs échanges :

Déclaration des délégués réunis en Chapitre 

Nous, spiritains de la Province de France réunis en Chapitre, voulons exprimer aux personnes victimes des délits et crimes sexuels, et en particulier aux victimes des actes perpétrés par des spiritains, notre reconnaissance d’avoir eu le courage de prendre la parole pour dénoncer le mal qui leur a été fait. « La vérité nous rend libre » (Jean 8,32) nous dit Jésus ; mais, pour nous, cette parole de vérité est aussi dure à entendre.

Nous recevons cette parole en toute humilité mais aussi avec un sentiment de honte et de profonde tristesse. Ce travail de dévoilement de la réalité des délits et crimes commis par nos confrères doit se poursuivre.

Nous nous engageons à accueillir et à écouter avec compassion et humanité les victimes qui désirent nous exprimer leur souffrance.

Nous nous engageons, si la victime le souhaite, à participer à la guérison de ses blessures, sachant aussi que, souvent, hélas, des existences ont été brisées à jamais.

Dans les lieux où vivent et travaillent les spiritains de France, nous nous engageons à mettre en place des mesures fermes permettant à chacun d’être en sécurité dans le respect de l’intégrité de sa personne. Dans ce but, nous voulons travailler avec les victimes pour qu’elles nous guident dans l’élaboration de ces mesures.

Nous nous engageons à participer aux tentatives de réparation envers les victimes de confrères spiritains.

Conscients du mal et de la souffrance qu’elles ont dû affronter, nous voulons leur demander pardon.

Chevilly-Larue, le 03 juillet 2021