Le Père Bernard Ducrot

est décédé à Luanda le 23 octobre 2021, âgé de 73 ans

 

Bernard est décèdé le 23 Octobre, veille du dimanche des Missions. Une centaine de spiritains étaient réunis à Bagamoyo, en Tanzanie pour clôturer le 21 ème Chapitre Général de la Congrégation ayant élu son nouveau Supérieur Général, Alain Mayama, Congolais. Au cours de cette Eucharistie, ils ont recommandé à Dieu l´âme de Bernard Ducrot. 

La vie du P. Bernard Ducrot a été une vie donnée et entièrement consacrée à la cause missionnaire dans la lignée de ses prédécesseurs venus de la France il y a plus de 150 ans ! À une époque où l’Angola était déjà dans sa deuxième année d’indépendance, et dans une atmosphère de tension socio-politique au lendemain des événements dramatiques issus de la dissidence et rébellion de Nito Alves (le 27/05/1977), sachant même que le pays avait opté pour la voie marxiste-léniniste avec ipso facto une certaine hostilité envers l’Église, lui, comme Abraham, il n’hésita pas à quitter sa terre et à venir ici comme apôtre missionnaire. Cela est signe d’amour, de courage et d’une certaine « folie » pour la Croix !

Bernard est né le 5 septembre 1948 à Paris et est ordonné prêtre le 21 juin 1975. En octobre 1977, il arrive en Angola, en même temps que les pères Duchêne, James Flynn et John Kingston, après avoir passé un an et demi en Centrafrique. En 1978, il est nommé à Malanje, à l’École des Catéchistes. De 1979 à 1980, il devient enseignant et économe du Séminaire interdiocésain du Christ Roi (Huambo). Après un temps à Malanje, il retourne à Huambo de 1986 à 1989. De 1989 à 1995, il occupe les fonctions d’économe Provincial et de collaborateur pastoral dans la paroisse de Saint-Pierre Apôtre de Prenda, dans la périphérie de Luanda.

En 1995, il vient un an en France, pour un temps de recyclage. En 1996, il retourne à Malanje. En 1998, il est appelé par la Province de France pour prendre la direction du scolasticat de Clamart jusqu’en 2003, année du retour à Malanje. De 2004 à 2012, il est nommé curé de la cathédrale de Malanje. À partir de 2012, il partage son temps entre l’économat du Moyen séminaire Spiritain et un ministère de collaborateur à la Mission Kiwaba Ndjozi, se rendant dans les localités de Cahombo, Marimba et Mangando.

Des difficultés d’ordre divers, comme on peut l’imaginer, n’ont pas manqué dans ses tournées missionnaires ! Il allait sur des chemins inhospitaliers, avec des routes en mauvais état ; ce qui, par conséquent, exigeait d’être très attentif et toujours équipé de matériel de secours (houe, machette, hache, câbles, pneus…). Une fois, selon le témoignage d’un missionnaire « sur place », la voiture a même sauté sur une mine antichar, faisant éclater l’un des pneus avant.

C’était un homme qui excellait dans l’organisation et la méthode de son travail et même dans sa tenue vestimentaire ! Chaque chose à sa place et en son temps. En communauté, c’était un confrère agréable et n’aimait pas les conflits. Il avait ses propres convictions et restait difficilement influençable. Même au milieu de tant de travail, en raison de son esprit méthodique et organisateur, il avait encore le temps de lire et d’écrire. De son contact avec le peuple, il a laissé un héritage littéraire utilisé et faisant référence pour les érudits.

Nous soulignons les ouvrages suivants :

1) Recueil de 86 contes en Kimbundu ; 

2) Jinongonongo (564 énigmes kimbundu classées par thèmes) 

3) Les paraboles (Contes et proverbes de l’Évangile) ; 

4) Compilation de grammaire de la langue Kimbundu ; 

5) Jisabu (633 Proverbes kimbundu classés par thèmes) ; 

6) La jeunesse et le mariage (co-écrit avec le P. Manuel Gonçalves cssp).

Bernard Ducrot était aussi un grand amoureux de l’Écriture Sainte, cherchant à la faire comprendre par le peuple de Malanje.

Le 25 octobre, pendant la messe qu’il présidait, le père Bernard Duchêne, spiritain français, nous a rappelé qu’en octobre 1709, Claude Poullart des Places, le fondateur de la Congrégation, avait été enterré dans une fosse commune des suites d’une pleurésie, dont les symptômes (essoufflement, toux, fièvre, fatigue) ressemblent étrangement à ceux du Covid-19.

Paix à votre âme. Que son exemple stimule les nouvelles générations ! 

Père Joao Francisco, Secretaire provincial, province d’Angola

SON PARCOURS

Né le 5 septembre 1948 à Paris

  • Profession religieuse : 27 septembre 1968 à Cellule
  • Ordination le 21 juin 1975 à Châtenay-Malabry
  • ANGOLA : Malanje (1977-1980 : École des catéchistes
  • Huambo (1980-1981 : économe au Séminaire diocésain Cristo Rei)
  • Malanje (1981-1986 : Ministère paroissial)
  • Huambo (1986-89 : économe au Séminaire diocésain Cristo Rei)
  • Luanda (1989-1995 : économe provincial)
  • Malanje (1995-1998 : École des catéchistes)
  • FRANCE : Clamart (1998-2003 : Supérieur communauté des étudiants)
  • ANGOLA : Malanje (2003-2021 : École des catéchistes).

Merci pour ta charité bien pratique et efficace.

Merci pour m’avoir ouvert à la poésie de Péguy – encore une grande richesse pour moi.

Merci pour nos conversations, pour tes nombreuses lettres, et pour tes livres extraordinaires sur la langue Kimbundu.

Merci pour ton zèle et dévouement pendant quarante-quatre ans au peuple angolais, surtout aux communautés chrétiennes de Kiwaba Nzoje.

Ton voyage sur la terre a pris fin. Tu nous attends maintenant. Et, vu que pour Dieu mille ans sont comme un jour, je te dis : À bientôt, Bernard !              James Flynn