René Michon à MadagascarRené Michon est décédé le 16 novembre 2022 à Thiais, âgé de 94 ans

Michon est né à Challans en Vendée le 6 octobre 1928. Après ses études secondaires à St Malo, il fait ses vœux chez les spiritains en 1949.  Ordonné prêtre en 1955, il part à Lille pour faire une licence.

Il est ensuite nommé pour Madagascar. Dans les années 1965, il vient à St Ilan pour être professeur au séminaire. Puis il devient directeur de l’école horticole qui vient de se construire un nouveau logement et qui va s’agrandir de nouvelles serres et accueillir de nouveaux élèves.

Rappelé à Madagascar à la demande de l’évêque, il fonde un centre de promotion rurale : Il a un taureau européen et il fait des croisements avec les zébus. Il apprend aux gens à semer de l’herbe pour leurs troupeaux ce qui fait que les vaches donnent autour de 15 litres de lait au lieu de 3 quand elles doivent elles-mêmes chercher leur nourriture. Il apprend à élever des poules en poulaillers. Il améliore la façon de cultiver le riz. Des stagiaires viennent travailler au centre. Les récoltes permettent de financer la marche de la maison.

Deux frères spiritains continueront le travail du P. Michon quand il sera obligé de rentrer en métropole, malade. D’abord à Bordeaux, il sera ensuite aumônier de plusieurs EHPAD en Charente. Depuis 2015, il vivait sa retraite à Chevilly Larue.

Témoignage deJoël LAVENS et Christian BERTON

Le fil de la vie de René s’est constitué à partir de plusieurs brins tissés tout au long de ses quatre-vingt-quatorze années. Clairement, ses origines familiales au cœur du
marais de Challans, au nord-ouest de la Vendée, constituent une fibre qu’il était fier de rappeler, évoquant par exemple récemment combien il n’était pas si simple de s’y
retrouver dans le dédale des canaux et des levées de terre du marais. Ses études en licence de lettres le conduisent vers l’enseignement, à Madagascar d’abord, puis à
l’école d’horticulture de Saint-Ilan, dont il sera le directeur adjoint. Il semble que son passage à Saint-Ilan l’a beaucoup marqué, que c’est là qu’est né chez lui le désir
de s’engager dans des projets de type agricole. Lors des repas à la maison du district de Mahajanga, le dimanche, ce pôle de sa vie revenait souvent dans les
conversations.
Lors de son deuxième séjour à Madagascar, ce fut un ministère pastoral à Ambato-Boeni, dans un diocèse où le manque de prêtres se faisait sentir. J’étais alors en
communauté avec lui et nous avons appris à nous connaître, avec la diversité de nos cheminements passés. Nous avons dû nous asseoir pour construire la pastorale de
notre secteur et prendre en charge les missions voisines de Tsaramandroso et de Madirovalo. Avec l’arrivée de Mgr Armand Razafindratandra, nous avons travaillé
avec les communautés de religieuses et avec les laïcs, mettant en place des conseils de paroisse et de secteurs, créant des commissions pour les vocations sacerdotales
et religieuses et mettant en route une catéchèse pour les enfants. Puis il crée le centre agricole d’Amborovy, où il montre une volonté farouche de réussir, ce qui
n’était pas gagné d’avance, vu le manque d’enthousiasme de certains. Sans doute y a-t-il laissé des forces, payant son engagement d’un infarctus qui l’a ramené en
France.

À partir de 1996, René travaille à l’aumônerie des migrants à Bordeaux, où il essaie de regrouper la communauté malgache. À la suite d’un appel de religieuses, il
devient aumônier d’une maison de retraite à Port-Sainte-Foy, en Dordogne, puis à Bergerac. Il est en même temps responsable diocésain du troisième âge. René a été
heureux de travailler dix-sept années au sein d’une équipe d’animation avec des laïcs.
René aimait discuter ; il donnait et défendait son opinion avec ardeur. Il avait une grande passion pour la lecture, dans des domaines variés : Bible, théologie,
recherche économique et sociale. Il suivait aussi de près l’évolution de l’Église, dont il a vu, en quatre-vingt-quatorze ans, bien des changements et dont il a voulu rester
jusqu’au bout, à sa manière, un témoin de la vitalité.

Né : 06 octobre 1928 à Challans (85)
Profès : 08 septembre 1949 à Cellule
Prêtre : 02 octobre 1955 à Chevilly

AFFECTATIONS :

  • FRANCE : Lille (1956-1959 : études) ; Langonnet (1959-1960 : enseignement et fin de licence).
  • MADAGASCAR : Mahajunga (1960-1965 : enseignement).
  • FRANCE : Saint-Ilan (1965-1967 : enseignement ; 1967-1972 : Directeur-adjoint à l’École d’horticulture) ; Maison Mère (1972-1973 : Recyclage AFPC et Auteuil)
  • MADAGASCAR : Besalampy (1973-1974 : stage) ; Ambato-Boeni (1974-1981 : ministère paroissial) ; Mahajunga (1981-1995 : Centre rural).
  • FRANCE : Maison Mère (1995-1996 : Librairie) ; Bordeaux (1996-1998 : économe, aumônier des migrants) ; Port-Sainte-Foy (24) (1998-2011 : aumônier maison de retraite) ; Bergerac (24) (2011-2015 : aumônier maison de retraite) ; Chevilly (2015-2022 : retraite).

Ses obsèques ont été célébrées le mardi 22 novembre 2022 à Chevilly-Larue